La participation de l’association OYE 349 au Grenelle de l’environnement

Nos préoccupations :

1– Nuisances sonores : le bruit est une agression pour les populations situées sous les trajectoires des aéroports. La fréquence des mouvements est en constante augmentation et les couvre-feu insuffisamment respectés.

2– La santé publique : De multiples enquêtes dénoncent les effets dangereux de la pollution chimique provoqué par le trafic aérien, pourtant celui-ci ne cesse de croitre. L’aide à l’insonorisation est insuffisante et ne peut s’étaler sur plusieurs décennies. 3-Changement climatique : Ce problème concerne toute la planète à brève échéance. En Ile de France, lors de pics d’ozone, seul le trafic routier et les industries sont restreints dans leurs activités. Seul le trafic aérien ne connaît pas de contraintes environnementales . 4-La dévaluation du patrimoine : Faute d’avoir les moyens de changer d’environnement en plus de la dégradation de leur santé , ces riverains voient leur patrimoine se dévaluer inexorablement . 5-Les accidents aériens : Le fait de persister à développer le trafic aérien dans des zones urbanisées ne contribue pas à un développement durable du secteur aéronautique.

Nos attentes vis-à-vis du Grenelle de l’environnement :

1-La prise en compte des recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé , la réduction des nuisances autour des aérodromes proche des zones urbanisées. La suppression des vols de nuit en Ile de France. 2-La construction d’un aéroport international dans une zone non urbanisée exemple Vatry. La limitation des mouvements sur Orly et Roissy. 3– La taxation du kérosène comme pour l’automobile. Le trafic aérien doit payer son véritable cout environnemental . 4-Augmentation des stations mesurant la pollution sous les couloirs aériens. 5-Suppression des liaisons desservies par le TGV. 6-En Ile de France interdire les avions de plus de 15 ans d’âge y compris les cargos. 7– Lancement des médiations comme il en existe dans d’autres pays européens.

En conclusion :

L’activité aéronautique est reconnue comme très polluante. Ce secteur doit désormais participer activement à l’effort général en matière de réduction de la pollution. Si tel ne devait pas être le cas des millions de riverains dont la qualité de vie est depuis longtemps sacrifiée accorderait alors peu de crédibilité à cette démarche.

Share Button

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Répondez à la question suivante: * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.